Le Carmel de Vinça

Une journée au Carmel

Nous nous levons tous les matins à 5h55.

  • A 6h25, nous nous réunissons au chœur pour une heure d’oraison silencieuse.

Cette forme de prière, est la spécificité du Carmel, mise en valeur par sainte Thérèse d’Avila. 


Celle-ci définit l’oraison comme «un commerce d’amitié où l’on s’entretient souvent seul à seul avec Celui dont nous nous savons aimés.» L’oraison consiste donc à se recueillir pour réaliser que Jésus est là, présent en soi ou auprès de soi.

Et puisqu’Il nous aime, nous pouvons nous adresser à Lui comme à un ami, «point en disant des prières toutes faites, mais des paroles jaillies de votre cœur…».

Il ne s’agit donc pas «de beaucoup penser mais de beaucoup aimer.» Et cet amour rejaillira sur l’Église et sur le monde de façon mystérieuse mais bien réelle. 



  • A 7h25, nous prenons le petit-déjeuner au réfectoire, en silence.


  • A 7h50, une sœur sonne la cloche et nous retournons au chœur pour chanter l’office des Laudes.

L’hymne, la Parole de Dieu et les 3 psaumes qui composent chacun des 7 Offices quotidiens expriment les joies et les peines de l’humanité et les font monter vers Dieu.

« Par cette prière liturgique, chaque communauté s’unit à la louange éternelle du Christ, et supplie le Père, en union avec l’Église du Ciel et de la terre, pour le salut du monde entier. » Constitutions n°68.



Les Laudes sont suivies d’un Office plus court: Tierce.

Juste après Tierce, à 8h30, nous participons à l’Eucharistie, « la source et le sommet de la vie communautaire » Constitutions n°89.

  • Vers 9h30, nous nous mettons au travail.


Au Carmel, nous travaillons en solitude pour pouvoir garder le silence et le recueillement, comme les premiers Carmes qui étaient ermites.

Notre Règle primitive insiste sur la valeur du travail comme une arme dans le combat spirituel contre l’oisiveté. Toutefois, nous devons faire en sorte que le travail ne soit pas trop prenant qu’il empêche le cœur et l’esprit de se tourner vers Dieu. «A l’imitation du Christ qui a voulu travailler de ses propres mains à Nazareth, les moniales se soumettront de bon gré à la loi commune du travail.

En partageant la condition des pauvres, elles se procureront laborieusement ce qu’il faut pour vivre, et mettront au service des sœurs leurs énergies et leurs qualités. Elles auront conscience que le travail est, lui aussi, un moyen de s’associer à l’œuvre rédemptrice du Christ.» Constitutions n°37

Concrètement, il s’agit d’assumer l’humble service de la communauté : cuisine, ménage, lingerie, économat, jardinage, infirmerie, gouvernement, formation, sacristie, préparation de la liturgie, accueil. Nous réalisons aussi des produits pour la vente (car il faut au moins arriver à payer les cotisations des jeunes sœurs) : confitures qui constituent notre principale source de revenus, biscuits, pâtes de coing, sirop, verveine, carterie, cabanes de crèches, objets de piété, travaux de couture, layettes. 







  • A 12h10, nous cessons notre travail et nous nous rendons au chœur pour l’Office du Milieu du jour.


Nous allons ensuite au réfectoire. Pendant le repas pris en silence, une sœur fait la lecture. Nous lisons chaque jour un article de nos Constitutions (les normes qui définissent le charisme du Carmel), puis un texte qui puisse nourrir notre vie spirituelle.

  • Vers 13h15, nous nous réunissons pour trois-quarts d’heure de récréation.


La récréation est aussi caractéristique du Carmel que l’oraison. Elle permet aux sœurs de « communiquer entre elles avec spontanéité et joie… » Constitutions n°94. Nous pouvons ainsi nous détendre et apprendre à mieux connaître ses sœurs… et soi-même! Comme le voulait notre Mère Sainte Thérèse, nous faisons toutes un petit travail manuel pendant la récréation. 

C’est aussi le moment pour donner des nouvelles des personnes qui nous ont contactées, partager les intentions de prière reçues (courrier, téléphone ou parloir). Et comme nous recevons différents journaux et revues, les sœurs qui ont eu le temps de les lire nous transmettent les informations du monde, de l’Église, du diocèse, etc.

  • A 13h45, la récréation s’achève et nous allons au chœur réciter l’Office de None.


Nous avons ensuite un quart d’heure de temps libre pour nous promener dans le jardin, faire une petite sieste ou réciter le chapelet.

  • A 14h15, nous nous retirons en cellule pour une heure de lecture spirituelle.

Nous étudions et méditons principalement la Parole de Dieu pour progresser dans la vie de prière. Mais nous lisons aussi les œuvres des saints du Carmel, les textes du Magistère, des ouvrages de théologie ou de spiritualité, selon ce qui convient à chacune.

  • A 15h15, au son de la cloche, nous descendons au réfectoire pour le café…avant de reprendre le travail jusqu’à 17h30.


  • A 17h15, la cloche nous rappelle au chœur pour chanter l’Office des Vêpres.

Les Vêpres font le pendant des Laudes du matin. Nous avons en suivant une heure d’oraison, comme le matin.

  • Après le repas, à 19h, nous nous rassemblons pour une seconde récréation.




  • A 20h20, nous célébrons au chœur l’office de Complies.

En entrons ensuite dans le temps du «grand silence», propice au recueillement et à la prière.

  • A 21h05, l’Office des Lectures nous réunit une dernière fois au chœur.

Il est en réalité le premier office du jour suivant, célébré dans certains Ordres monastiques au milieu de la nuit.

L’office terminé, nous regagnons notre cellule pour le repos de la nuit.

  • A 22h15, extinction des feux!

 



Notre horaire est le même tous les jours de l’année. Cependant, ce rythme peut être rompu lors de la retraite communautaire annuelle (prêchée le plus souvent par un de nos frères carmes), de notre retraite personnelle en ermitage (10 jours par an) ou de notre journée de retraite mensuelle, des vacances (quelques jours pendant lesquels l’emploi du temps est assoupli), des grandes fêtes liturgiques ou des fêtes communautaires.

Ces jours-là, le silence est levé et nous en profitons pour regarder des DVD, jouer des pièces, chanter, danser… Ces moments de détente fraternelle, à la fois simples et joyeux, permettent de renforcer l’unité de la communauté et de reprendre des forces pour mieux servir le Seigneur et nos sœurs dans le quotidien de nos vies.

NOUVEAU ET A VENIR
Tous les dimanches, l'accueil et la boutique du monastère sont fermés à partir de 12h.

 

Chroniques du Carmel

Chroniques de l’année 2016

Une année placée sous le signe de la Miséricorde «Voici cette année qui va s'abîmer dans le gouffre où toutes les autres se sont à présent anéanties.» Mais avant qu'elle ne s'enfonce définitivement dans ce gouffre, comme le dit si bien saint François de Sales, en voici les principaux événements.

> Voir toutes les chroniques